L’accompagnement psychologique des mineurs

Un grand nombre de jeunes mineurs qui fréquente notre association sont extrêmement fragilisés psychologiquement. En effet, ces jeunes, du fait des conflits armés sévissant dans leurs pays d’origine ont assisté à des actes de violence extrême, souvent au décès de membres de leurs familles. Une grande majorité d’entre eux a également vécu personnellement des violences : physiques, exploitation domestique et sexuelle, séquestration…

Un accompagnement spécialisé et régulier est indispensable afin de lutter contre les conséquences néfastes que peuvent engendrer un syndrome post-traumatique : flash-backs, angoisses, amnésie partielle ou totale, insensibilité émotive, repli sur soi-même, fuite, dépression, conduites pathologiques (alcoolisme, toxicomanie, tendance suicidaire), dissociation profonde de la personnalité, etc.

Des permanences sont mises en place par la psychologue du Pôle Mineur, pendant lesquelles les mineurs isolés peuvent venir la consulter sans rendez-vous.

Au-delà, des consultations d’accompagnement psychologique sont fixées par rendez-vous, avec chacun qui en a exprimé le besoin, en dehors de ces permanences, avec des périodicités propres.

Il arrive souvent aussi, et cela tient aux modes de vie des mineurs, que des temps d’accompagnement se passent de façon informelle, devant les locaux à l’occasion d’un temps de pause, et pendant lesquels le travail de soutien de la psychologue est tout aussi efficient.

Les oublis de rendez-vous sont fréquents chez des personnes inquiètes par leurs conditions de vie au quotidien (comment me maintenir dans mon logement ? Que puis-je faire pour rester actif ? Etc.) et les absences aux rendez-vous fixés sont nombreux (près de 50%).

La psychologue accueille 24% de mineurs et jeunes majeurs sur l’ensemble des usagers.

Un groupe de parole est mis en place tous les quinze jours au sein de l’association, encadré par un éducateur, ce qui facilite le lien avec les travailleurs sociaux référents. Les thèmes y sont variés et choisis par les usagers eux-mêmes, ce qui permet de travailler au mieux sur leur problématique.