Accompagnement psychologique

A Mayotte, les demandeurs d’asile ne perçoivent pas l’ATA (Allocation Temporaire d’Attente) et leur situation ne permet pas de travailler.

La demande d’asile va avoir lieu dans une période où apparaissent des facteurs de vulnérabilisation psychique : pertes du statut social, des repères sociaux et culturels, deuils multiples, changements (langage, rôle dans la famille, identité), ruptures, conditions de survie liées à la précarité sociale (quête d’un hébergement, d’une situation stable).

Ils vont ainsi aborder plus fréquemment les problèmes présents du quotidien (financier, travail, santé, alimentation…) en repoussant une prise en charge plus rapide et parfois plus efficace des traumatismes passés.

Ces difficultés peuvent engendrer davantage de manifestations psychologiques et somatiques (troubles du sommeil, céphalées, troubles gastro-intestinaux…) et des troubles du comportement (isolement, irritabilité, retrait social…).

De plus, la production d’un récit de vie détaillé souvent répété peut réactiver des souffrances profondes.

La remise en question du récit de vie et de sa véracité va poser la question de la reconnaissance chez la victime et peut enclencher une angoisse de la réponse qui va s’ajouter aux événements traumatiques.

Face aux nouveaux codes socio-culturels du pays d’accueil, le demandeur d’asile est dans un environnement en manque de repère dans lequel il n’a plus toute son autonomie. Sa situation le contraint à l’inactivité et à l’attente, sa vie est comme suspendue.

Pour les personnes qui en émettent la demande, notre association propose des accompagnements psychologiques individuels et réguliers.

L’accompagnement psychologique permet de leur donner un espace d’écoute en leur redonnant la parole et en les repositionnant comme étant acteur de leur vie à un moment où l’élaboration psychique est parasitée par la situation d’attente.

ATELIERS ARTISTIQUES

ATELIERS ARTISTIQUES
ATELIERS ARTISTIQUES
art